Le 13 décembre 2017   23h32
[photo]
Enseignants




   adaptation scolaire   


   service d'animation spirituelle et d'engagement communautaire 


   orientation scolaire et professionnelle   



   services éducatifs complémentaires 




   classe multiâge 



   formation continue 


Service d'animation spirituelle et d'engagement communautaire

SASEC
POUR APPROFONDIR SA VIE INTÉRIEURE ET CHANGER LE MONDE

Directrice des Services éducatifs (jeunes) : Mme Maryse Demers
Conseillère pédagogique du SASEC : Mme Nicole Gélinas-Dostaler

Nous souhaitons travailler les richesses intérieures et la possibilité de chaque personne d’aller vers l’autre à partir du thème : Prends soin de ton monde. La symbolique que nous utiliserons est la terre entre deux mains d’où s’échappent des papillons bleus. Cette illustration permettra à l’élève, entre autres, d’être sensible à lui-même mais surtout d’être à l’écoute de ses besoins de rapport à l’autre, en prenant du temps pour prendre soin de l’autre et de lui-même. Les jeunes auront la chance de prendre conscience du pouvoir qu’ils peuvent avoir sur eux-mêmes et sur leur épanouissement. Devant cette découverte, le monde ne sera plus jamais le même.


La Commission scolaire de l’Énergie est heureuse de compter parmi son personnel professionnel, 10 animatrices et animateurs à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire.

Les animatrices et les animateurs:

photo

Nadine L. Abboud

photo

Denis Bastarache

photo

Liliane Bournival

photo

Francine P. Breton

photo

Katia Cournoyer

photo

David Gélinas

photo

Nicole Gélinas-Dostaler

photo

François Lajoie

photo

Louise Lebrun

photo

Hélène Bélair-Martel




Un peu d’histoire
En mai 2000, le ministère de l’éducation rendait publique les orientations gouvernementales sur la place de la religion à l’école. Avec celle-ci, il prévoyait qu’un service complémentaire d’animation de vie spirituelle et d’engagement communautaire serait mis sur pied en remplacement de l’animation pastorale catholique et de l’animation pastorale protestante. Ce service serait offert à tous les élèves, sans égard à leur appartenance religieuse, et ne relèverait pas d’une confession particulière. En juillet 2001, la Loi de l’instruction publique sur la place de la religion à l’école a donc été modifiée par le projet de loi NO 118 et a eu pour effet de remplacer le service d’animation pastorale par le service d’animation de vie spirituelle et d’engagement communautaire. Les articles 6,226 et 36 de la L.I.P sont particulièrement concernés par la dimension spirituelle:

  • L’article 6 qui se lit comme suit : « L’élève, autre que celui inscrit à la formation professionnelle ou aux services éducatifs pour les adultes, a droit à des services complémentaires d’animation spirituelle et d’engagement communautaire »;

  • L’article 226 qui se lit comme suit : « La commission scolaire s’assure que l’école offre aux élèves des services complémentaires d’animation spirituelle et d’engagement communautaire »;

  • L’article 36 qui se lit comme suit : « L’école (…) doit, notamment, faciliter le cheminement spirituel de l’élève afin de favoriser son épanouissement ».

L’entrée du nouveau service en juillet 2001, au secondaire seulement, s’est faite graduellement en tenant compte de la transition à effectuer entre l’animation pastorale et le service d’animation spirituelle et d’engagement communautaire. Ce fut donc une année d’appropriation. D’une part, les animateurs ont reçu l’information nécessaire, des sessions d’approfondissement et le début d’une formation universitaire. D’autre part, tous les milieux concernés par ce nouveau service ont été mis au courant de la nature, du but et des objectifs du service. Ainsi, tour à tour, le comité des directions d’écoles primaire et secondaire, la table des commissaires, les conseils d’établissement et les équipes-écoles ont été informés sur ce nouveau service.

La formation des animateurs
Les animateurs affectés au service d’animation de vie spirituelle et d’engagement communautaire, communément appelé le SASEC, doivent avoir une formation universitaire de premier cycle dans un champ de spécialisation approprié comportant principalement des cours dans les domaines suivants : spirituel ou religieux, et social.

À la Commission scolaire de l’Énergie, les animateurs sont au nombre de 10 pour l’ensemble des écoles. Le ratio est environ de 1 / 1270 élèves. Notons que la plupart des animateurs doivent partager leur temps dans plusieurs écoles. Certains animateurs auront à partager leur temps dans les écoles primaires tandis que d’autres auront à la fois des écoles primaires et secondaires et, pour les plus chanceux, ils ne seront qu’au secondaire.

Plan triennal de perfectionnement
Afin de soutenir les animateurs dans les milieux scolaires, le ministère de l’Éducation s’est doté d’un plan triennal et a offert aux animateurs en poste, des sessions d’information sur le cadre ministériel, des sessions d’approfondissement sur la nature des deux volets (spirituel et communautaire), des sessions de développement pédagogiques sur l’approche utilisée auprès des élèves et des cours universitaires obligatoires portant sur les deux volets du service, sur les grandes religions et sur la dimension spirituelle.

Dans la même optique que le même ministère, la Commission scolaire de l’Énergie s’est assurée d’un soutien supplémentaire en nommant un conseiller en éducation spirituelle, religieuse et morale pour travailler de concert avec les animateurs auprès de sa clientèle scolaire. Des rencontres sont prévues tout au long de l’année au rythme d’une rencontre aux quatre à six semaines. Ces rencontres ont pour but de s’assurer que les animateurs en place puissent approfondir la nature du service et ses objectifs. En plus, les rencontres permettent un échange entre les animateurs au sujet des différentes interventions dans les écoles afin d’enrichir chaque animateur de ce qui est fait dans l’ensemble de la commission scolaire et pour travailler à construire un service de plus en plus efficace auprès des élèves et de l’équipe-école.

Nature du service
Disons tout d’abord qu’il est un service complémentaire lié à la mission de l’école, principalement celle de socialiser et contribue avec toute l’école à « faciliter le cheminement spirituel de l’élève ». (LIP, a36) Il est aussi intégré au Programme de formation de l’école québécoise et participe largement au développement des compétences disciplinaires et transversales. Rappelons que le service est non confessionnel et qu’il n’est pas prévu pour accomplir la mission propre des Églises ou des groupes religieux et que les animateurs n’agissent pas au nom de ces Églises ou de ces groupes.

Les activités proposées par ce nouveau service doivent permettre à l’élève de développer sa vie spirituelle, de participer à l’amélioration de son milieu et de la société et d’établir des liens entre sa vie spirituelle et son engagement communautaire. La dimension spirituelle fait partie intégrante de l’être humain et elle concerne principalement la signification que l’on donne à sa vie et à ses gestes, qu’on soit croyant ou non, impliqué dans une religion ou non.

Ainsi, la mise en place du service d’animation spirituelle et d’engagement communautaire a pour but de rejoindre les élèves dans toutes leurs dimensions. Un service à deux volets : un volet est axé particulièrement sur la dimension spirituelle et l’autre sur l’engagement communautaire.

But
Ce nouveau service possède un but qui lui est propre, celui de : favoriser, chez les élèves, le développement d’une vie spirituelle autonome et responsable et leur contribution à l’édification d’une société harmonieuse et solidaire.

Objectifs
On compte trois objectifs tous aussi importants les uns que les autres. Le service propose aux élèves de :

  • vivre des situations de réflexion et d’expérimentation qui les aideront à faire librement des progrès dans leur vie spirituelle;

  • s’engager dans des projets personnels et collectifs susceptibles d’améliorer leur milieu et la société;

  • construire des liens entre leur vie spirituelle et leur engagement communautaire en vue d’une plus grande cohérence personnelle et sociale.

Le volet spirituel
Pour bien des gens, le mot spirituel a une connotation religieuse assez forte. On le lie très souvent à la « croyance », à « Dieu », etc. Pour bien comprendre ce qu’est le spirituel, il faut regarder du côté de la quête de sens. Dans le cas présent, le ministère entend par là « une démarche individuelle située dans une collectivité, qui s’enracine dans les questions fondamentales du sens à la vie et qui tend vers la construction d’une vision de l’existence cohérente et mobilisatrice, en constante évolution ». (Cadre ministériel p.7)

Le volet communautaire
De même, l’engagement communautaire peut être vu comme un engagement à faire quelque chose pour les autres, ce qu’on appelle communément le bénévolat. Ici, encore, on est appelé à porter notre réflexion plus loin pour bien saisir toute la réalité. Le ministère a donc défini celui-ci comme « une contribution de l’individu à la vie collective fondée sur la reconnaissance de la valeur et de la dignité des personnes et orientée vers la construction d’une société plus harmonieuse et solidaire ». (Cadre ministériel p.7)


N.B. Pour en savoir plus sur le service d’animation de vie spirituelle et d’engagement communautaire, vous pouvez visiter le site du MELS en cliquant sur l’adresse suivante :
www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/csc/asec/asec.html


Portrait à la Commission scolaire de l'Énergie

Découvrir son propre maître intérieur, c’est marcher vers la liberté complète.

Thèmes commission scolaire:

  • 2002-2003: Vos regards me touchent
  • 2003-2004: Humain? (secondaire) Être humain? (primaire)
  • 2004-2005: Accroche-toi à ton rêve
  • 2005-2006: Libère ton trésor
  • 2006-2007: Apprivoise ton monde
  • 2007-2008: Prends soin de ton monde


  • haut de page


    Tous droits réservés © Commission scolaire de l'Énergie